Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon Bordeaux-Paris 2008

Publié le par philippe.laville.over-blog.com

Mercredi 18 juin départ pour Bordeaux où avec Jocelyne nous avons passé 2 jours sympa.Tout va bien jusqu'à samedi matin.Pour commencer je n'ai pas passé une bonne nuit et devant mon petit déjeuner je me retrouve envahi par le stress (ceci ne m'était jamais arrivé) je me rends compte en fait de la distance à parcourir ; vous me direz qu’il n’est jamais trop tard. Alors que la veille j’étais impatient !Petit à petit, tout rentre dans l'ordre je sais que je suis en forme et il serait trop bête de tout gâcher.Il est 10h00, on se rend sur le lieu du départ  qui sera donné pour nous à 14h00. Je retrouve Alain avec qui on échange nos impressions, nos idées etc……… Mais le temps passe et il faut se préparer.

 14h00 :sous une chaleur incroyable de 34° à l’ombre le départ est donné. Soit disant neutraliser 30 kms heureusement car ça roule à 50km/h, les faux plats montants coupent rapidement le peloton en plusieurs morceaux, en une heure on a déjà fait 49 kms. Avant le premier contrôle, deux gars s’échappent, ensuite une douzaine, pas question à ce moment là de faire du zèle même si les jambes répondent bien et que ça ma trotté, en plus j'étais devant à ce moment là mais les kms restants mon sûrement raisonné.

 Kms 105 : premier contrôle ! On est alors plus qu’une soixantaine, il faut dire que l’on a mis 2h30 pour faire les 105 kms (my 42 km/h) on se retrouve alors juste derrière les 14 échappés et on bénéficie donc des voitures ouvreuses et des motos. Tout va bien pour nous surtout pour les traversées de villages.

A partir de 150kms, on a attaqué des bosses et oui ce n’est pas tout plat et à la surprise du groupe de bonnes bosses nous attendaient, il a donc fallu utiliser le petit plateau. On se trouvait sur la fin des Charentes et le début de la Vienne qui est assez cascadé.

 Au début de la nuit, fini les vraies bosses et on se retrouve environs 40 gars et une moyenne qui a forcément baissé : 33km/h environ.

 1h00 du matin :350 kms effectués. A ce moment là de la nuit, ça c'est corsé, ça a roulé très vite : 35/40 km/h. Je ne vous explique pas les traversées de village et le reste ; surtout que l’on a commencé à récupérer ceux qui étaient partis à 6h00 le samedi matin. C'était assez stressant mais les jambes et surtout la tête allaient pas mal, ça aide bien !

 Au levé du jour :surprise ! On n’est plus qu’une vingtaine et la forme est toujours là. A ce moment là, il nous reste environ 150kms et je me dis qu'une place dans les 20 est à ma portée mais surtout je réalise que l'on va finir en moins de 20 h, mais 150kms c'est encore long alors prudence, il peut se passer encore beaucoup de chose. En effet, vers 7h00 il se met à pleuvoir et il y a du vent : franchement j’en avais pas besoin. Il fait 17/18° pas très froid mais après 480 kms, ce n'est pas pareil. Le dernier contrôle arrive, il est situé à 73 kms  de l'arrivée et quelques bordures m'ont essayé un peut  les jambes mais ça va. Par contre, je sais que ce coup ci on ne va  pas repartir ensemble du contrôle (on se l'était imposé pour la nuit) je suis complètement trempé et la pluie ma bien refroidi.Il faut que je prenne une décision qui ne va pas me faire plaisir : repartir vite et sûrement une place dans les 20 ou m'habiller et perdre un peu de temps et donc des places mais se sera toujours bon pour moins de 20h. Je choisi d'assurer le coup, je me change vite le haut, prend des bidons, de l’alimentation et on repart à 3. A ce moment là il n’y a plus que 11 échappés et 19 de notre groupe qui sont éparpillés devant. La pluie s'est arrêtée les 73kms sont avalés en guère plus de 2h avec les côtes de Chaufour, Bel air et surtout Marcoussis dite « la côte de l’escargot » où il vaut mieux avoir encore un peu de jambes pour passer les 10%. Mais l’arrivée est en vue alors ça passe bien.

Pour finir l’aventure, 31éme en 19h38 - ça aurait pu faire 16 ou 18 et 19h20 (mon groupe arrive pour la 12ème place) si je ne m’étais pas arrêté ou le pire aurait pu aussi se passer, si je ne m'étais pas habillé car 73kms à faire si on est mal c'est très long. Donc je suis bien conscient maintenant d’avoir fait le bon choix. Au final 632kms pour 3900m de dénivelés en 19h04 donc une moyenne sans les arrêts (arrêts=0h34) de 33.2 km/h.

 Pour conclure, je tiens à remercier toutes celles & ceux qui m’ont fait part de leurs encouragements, les amis, la famille etc….. Ça aide bien. Alexandre mon fils pour ses plans d’entraînements et tous ses conseils. 

Et bien sur Jocelyne !!! Sans elle je n’aurais jamais fait ça, car elle a du m’encourager, me suivre, me faire les ravitos et là chapeau car ça a été une vraie course aussi pour elle, parce que  s'arrêter, ravitailler (aux contrôles, en route), vite repartir et nous rattraper etc.....elle n’aura même pas eu le temps de boire un café durant la nuit.

Mais surtout elle a du me supporter avant et pendant et là je dois reconnaître qu’il y avait du boulot. Elle connaît très bien le vélo et ça franchement ça m’a beaucoup aidé ! Mais le but de se Bordeaux Paris été aussi de monter à Paris pour la naissance de nôtre petit fils Timéo qui devait être d'un jour à l'autre et la il fallait le faire car il est né le 23.06.2008 donc le lendemain de mon arrivée à Paris c'est sur il m'attendais!!!

Pour la petite histoire, je me suis penché sur le classement du dernier Bordeaux-Paris couru par les « pros » en formule « open » et sans entraînement, derrière derny en 1988 pour me rendre compte que le vainqueur Jean-François RAULT a mis 18 h 05mn 51s pour effectuer les 607 kms de cette édition, ce qui représente une moyenne horaire de 33,535 km/h (participé aussi cette année là Gilbert DUCLOS-LASSALLE et Vincent LAVENU entre autres).

Philippe

 

PICT0015

Avant le départ le 21 juin 2008

PICT0018

Un peloton déjà bien rétrécis

PICT0020

Durant la nuit

PICT0022

Après le dernier contrôle on repartira qu'à 3!!

 

PICT0023

Commenter cet article

anjouy 25/09/2010 00:00


Salut!J'ai un Boff super dingue et une frangine qui le rivalise.Enfin ce sont des exrtras-terrestres de la planète VELOLANDUS ou quelque chose d'approchant.Je n'arriverai jamais à leur
cheville.Chapeau à tous les deux et bonne continuation!BIZ de HUG à plus.


renarde1 16/09/2010 10:12


très impressionnant cette course ... je n'arrive pas à imaginer ce que c'est de conserver un rythme pareil sur une telle durée ... Belle photo finale, le vélo du petit bonhomme est très astucieux
(et un bel objet)


philippe.laville.over-blog.com 20/09/2010 18:37



Il suffit d'avoir surtout le mental et un entrainement bien ciblé